IAC #1

nurse

On passe donc un cap dans la PMA : les inséminations artificielles. Comme dit plus tôt, je me sens en guerre et j’ai l’intention d’aimer l’odeur du napalm au petit matin. En gros, on va faire la peau à cette pute d’utérus, on va avoir un bébé ET TOUT LE MONDE VA ETRE BIEN HEUREUX OK ???

Mon protocole consiste en :

  • une injection de Gonal F en 75UI du 2ème au 8ème jour du cycle. Doc D. m’explique qu’on commence molo sur les doses à cause de l’endométriose. Je dis oui oui mais on fond de moi j’aurai préféré qu’on commence à 1000UI s’il le faut (attention, cette dose n’existe pas, n’essayez pas de reproduire ça chez vous)
  • 9ème jour : PDS (dosage plasmatique) + échographie pour contrôler la pousse des follicules et veiller à ce qu’il n’y ai pas de kystes
  • lancement de l’ovulation sur le GO du gynéco avec l’0vitrelle (à ce moment y a Bowie et Major Tom dans mes trompes)
  • IAC 35h plus tard
  • 2 cachets d’Estima G jusqu’au test de grossesse 15 jours après l’AC

Je me sens un peu perdue face aux aiguilles mais je penses à mon petit frère qui a des hormones de croissance en injection tous les jours depuis l’âge de 3 ans alors je m’enhardis un peu. Je flippe bien quand même quand la secrétaire du Doc D. me regarde droit dans les yeux en distinguant bien chaque syllabes de la phrase « NE PERDEZ PAS VOTRE PRISE EN CHARGE A 100%. IL N Y A QU’UN DOCUMENT U.N.I.Q.U.E » (à lire en slow motion). Bien évidemment, j’en fait 32 photocopies, au cas où.

C’est parti, Le Mec est avec moi pour la 1ère injection après avoir lu la notice 15 fois et avoir écumé l’Internet pour être bien sur de comment-qu’on-fait-ça-j’ai-pas-fait-médecine-moi. Ça va. Ce n’est pas douloureux. Psychologiquement en revanche, grosse claque. Je ne trouve pas ça normal. Je me regarde dans la glace de la salle de bain avec mon stylo à injection planté dans le gras du bide et je pense à ces adolescentes qui tombent enceinte après 1 fois à l’arrière d’une 4L (j’aime les cliché). Pourquoi pas moi ? (au delà du fait que je n’ai pas de 4L).

Mon ventre gonfle comme un ballon, j’ai des aigreurs d’estomac horribles, des maux de têtes à me taper contre un mur et une fatigue intense. Ça ne fait que commencer et j’en ai déjà marre de tout ça.Marre de voir les médicaments traîner dans le frigo et voir mon corps, une fois de plus se déformer. Et surtout j’ai de nouveau mal. A chaque injection j’ai l’impression de nourrir mon endométriose, comme un monstre vorace qui se gave d’hormones pour mieux me niquer de l’intérieur. On ne peut pas dire que ce soit une période où je rayonne.

Hasard du calendrier, je me fait tatouer sur l’omoplates à J9 de mon cycle. La semaine de l’aiguille en gros. Et bah croyez-le ou non, c’est une idée de merde de faire ça ! Ça fait mal, faut cesser ! Mon corps est au bout du rouleau et me déteste à ce moment là.

Finalement la stimulation commence doucement avec des follicules de 14mm, 3 d’un côté et 5 de l’autre. On continue quand même le Gonal F jusqu’à J12 et à J13 on lance l’Ovitrelle. Je suis excitée.

Le jour J, Le Mec se rend au centre PMA à 7h et je passe récupérer la « préparation » pour 11h30. En attendant qu’on me remette le Graal, je déprime. Je jette un œil autour de moi et je trouve tout ça super glauque. Non mais par quoi on doit passer pour avoir le droit à la chose la plus naturelle du monde ? Encore une fois, je ne trouve pas ça normal. D’autres hommes attendent au secrétariat et je nous trouve tous bien tristes.

Mon centre PMA se trouve à 10min à pieds du cabinet du Doc D. J’arpente Paris avec sous mon manteau un grand tube de préparation de sperme. Ce tube fait la taille de mon buste, je croise des flics qui doivent se demander si j’ai un silencieux sous ma veste. Moment de solitude intense. Il est 11h40 et je fais la « balade » la plus WTF de ma vie.

L’insémination se passe bien, c’est désagréable mais pas douloureux. Je retourne au travail l’après-midi et j’ai l’impression d’avoir la tête dans du coton. Je suis contente d’en être arrivée là, j’ai l’impression de couver et en même temps j’ai la sensation que tout ça est quand même très bizarre.

15 jours plus tard, j’ai mes règles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s