Fiv#1 : une histoire sans fin

patience

1 semaine après le go de la stimulation et 24 jours après le début du Décapeptyl, l’heure est au contrôle pour parler ou non serious business. J’arrive à la gare déjà bien stressée car le labo ne m’a pas encore envoyé les résultats et là pas de train. Pas de RER pendant 2h. Sauf que j’ai pas 2h, je dois être chez le Doc D. avant 12h30 car il opère l’après-midi. Le stress. Je défile les options :

  • partir dans une mission bien galère à travers le monde fabuleux des transports en commun : pas le courage, l’itinéraire bis serait beaucoup trop long en plus donc non, c’est mort
  • Appeler des personnes pour m’ y emmener en voiture : mes parents bossent, ma belle-mère est à la gym donc injoignable et mon beau-père (un peu embêté pour le coup) me dit qu’il vient juste de déposer la voiture au contrôle technique. C’est donc mort
  • Un uber : je ne suis pas en plein Paris mais en banlieue alors un uber à 11h30 un lundi j’y crois moyen. Heureusement j’en vois un à 5min de la gare, je commence enfin à sécher mes larmes (oui parce que pendant ce quart d’heure de recherches de solution j’ai bien évidemment pleurer, car comme tout le monde le sait pleurer permet de garder la tête froide et de débloquer n’importe quelle solution).

Je saute donc dans le uber en lui disant « bonjour-vous-me-sauvez-la-vie-vite-vite-roule-chez-le-Doc D. Bien entendu : accident sur la route. Un bonheur de matinée. Je regarde avec anxiété l’heure approximative d’arrivée reculer sur le GPS mais je remarque aussi que le gentil chauffeur fait bien du dépassement de vitesse et cette sollicitude me réconforte un peu. C’est fou quand même les efforts à faire pour quoi, 10min à tout péter chez le gynéco ? Ah oui, pour faire un chèque de 100€ aussi. Breeeeeeeef.

Quoi qu’il en soit, j’arrive à l’heure avec en plus les résultats arrivés entre-temps. Doc D. me lance d’un air très confiant « boooon votre taux d’oestradiol doit avoir bien décollé là ?! » Ce mec est d’un tel optimisme. Non, le taux ne décolle pas, je devrais être à 500 minimum et j’arrive à peine à 200 (196 pour les plus pointilleux). On passe à l’écho : 10 follicules à gauche et un peu moins à droite, tous de 10mm donc vraiment pas de quoi fanfaronner. J’oublie un détail important : en m’asseyant sur la chaise d’auscultation je tourne la tête vers le moniteur et là je vois un petit bout de truc qui ressemble quand même fort à un fœtus. En 1 quart de seconde je m’imagine vu de l’extérieur, moi allongée attendant une écho pour l’éventualité d’une ponction avec à côté l’échographie figée du bébé d’une autre. Vraiment, un lundi délicieux. Je ravale mon sanglot et écoute la suite.

En voyant l’état de mon ventre (on peu parler de champs de mines je pense) il me dit « bon je suis vraiment désolé mais c’est plus long que prévu, il va falloir continuer le traitement ». Il m’explique que le risque de ces poussées un peu lentes c’est que ça parte d’un coup et de frôler l’hyperstimulation. Du coup c’est reparti pour mon petit rituel de 19h jusqu’à vendredi prochain. Là le Doc D. réalise que si tout va bien ça projette la ponction au 1er mai, ce qui veut dire peu de personnel et peu de bloc. Je me sens vraiment, mais alors vraiment sous une bonne étoile ce matin. Je ne sais vraiment pas pourquoi je ne fais pas un Euromillion, je suis sûre qu’à la fin c’est moi qui devrait de la thunes à quelqu’un.

Encore un peu de patience donc pour voir si j’arrive à passer à la phase 2 de cette FIV. Je devais voir une copine pour un déjeuner au soleil mais je suis épuisée, je préfère me terrer chez moi cet après-midi, le moral n’est pas top et j’ai l’impression que mon corps à 2sec de retard par rapport aux mouvements que mon système nerveux lui envoie. C’est moi ou il est long ce mois d’Avril ?

 

11 réflexions sur “Fiv#1 : une histoire sans fin

    • Non il est avenue de Malakoff 😉 graaave ! Je m’étais promis de limiter l’usage à cause de leur politique salariale mais là c’était vraiment la galère !! Par contre j’ai bien envie d’envoyer la facture à la sécu ahahah !!!

      J'aime

    • Coucou Laurinette merci de prendre des nouvelles 🙂 ca va, je suis au boulot alors je suis treeeeees irritable mais ca va mieux, je pense à vendredi en envoyant des ondes positives à mes follicules ahahahha !!!! Oui la stimulation c’est vraiment dur et c’est le moment où j’ai l’impression qu’on en est encore plus en marge car peu de personnes comprennent notre état dans ces moment là.

      J'aime

  1. Courage, je suis sur qu’ils vont décoller ces follicules!!! Et l’œstradiol aussi!!!!
    Pfff pour l’histoire du 1er Mai: on est déjà pas assez tributaires de la nature et de ce qu’elle nous fait subir, si il faut en plus qu’on soit aussi tributaire du calendrier des jours fériés!!!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s