Leur combat pour devenir parents – Épisodes 1 à 3

sceptic

En ce moment est diffusée sur NRJ12 une série de « documentaires » sur des couples qui n’arrivent pas à devenir parents. La qualité des programmes de cette chaîne étant au-delà de la médiocrité, j’ai quand même voulu voir comment était traité le sujet pour un audimat grand public. Je vais donc suivre cette série (autant vous dire que je regarde les replay en plusieurs fois pour avoir l’avance rapide car parfois c’est quand même très insupportable tellement c’est mauvais) en notant le traitement apporté sur chaque parcours.

En avant pour les 3 premiers épisodes.

  • L’adoption

On suit un sympathique couple Canadien qui part à la rencontre de leur petite fille de 21 mois en allant la chercher au Vietnam. Ils sont déjà parents de 2 petits garçons dont l’aîné a également été adopté au Vietnam plusieurs années auparavant. Pour le dernier, la nana est tombé enceinte naturellement après plusieurs années de tentatives échouées. Et pour le coup je dois reconnaître qu’l n’y a pas eu de pathos sur cette grossesse « miracle », pas de lieux communs sur « c’est en arrêtant d’essayer qu’elle y est parvenue ». Juste un constat factuel. D’ailleurs après être rentrée au Canada avec sa petite fille, la mère apprend qu’elle est de nouveau enceinte naturellement. Idem, pas de pathos. Je dois avouer que c’est mon histoire préférée de ces 3 épisodes, la famille était vraiment chouette est unie.  Par exemple les grands-parents sont venus aussi au Vietnam pour aider en s’occupant des plus petits pour permettre aux parents de faire connaissance avec la petite. Et puis cette histoire à fait écho en moi, bon je sais que ça reste un reportage très 1er degré mais la question de l’adoption commence à se poser sérieusement en moi et ayant des origines Vietnamienne ce pays a toujours été une évidence. Bon en revanche il n’y a eu aucune explication sur les démarches effectuées, on sait juste que le couple a attendu 10 mois pour aller chercher leur fille après la validation de leur dossier.

  • La PMA

Alors là c’est un peu la foire. Déjà on suit 2 couples dont les nanas sont enceintes. Alors oui, c’est chouette de montrer que ça marche aussi et qu’au bout a priori il y a quelque chose de chouette mais niveau identification on repassera. Elles sont DEJA enceintes. Donc finalement on les regarde aller à la maternité et accoucher. Bah super, on ne sait rien sur les techniques de PMA. La voix-off rappelle de temps en temps « le parcours difficile », « les années d’attente » mais c’est clairement pour tirer les larmes. Finalement quand les couples en parlent les mères sont évidement encore hyper émotives en se remémorant leur combat (IAC et FIV) mais les pères ne sont jamais interrogés. Comme si finalement c’était une histoire de femme et non de couple. D’autant plus que les infertilités présentées (OPK, endométriose) concernent la femme et non l’homme, elles seules sont montrées comme portant le fardeau de la PMA. Il n’y a qu’un couple qui est suivi en pleine stimulation pour une FIV. Ils ont déjà eu un fils d’une première FIV et tentent le petit 2ème. La nana a une peur panique des piqûres et on voit son mec lui faire ses injections (les connaisseurs reconnaîtront le stylo de Gonal #lesvraissavent). Ça a le mérite de montrer un peu que les conjoints sont tout autant impliqués même si on y va avec de gros sabots.

Le pire je crois c’est un couple de 23 ans dont la nana a un désir de maternité depuis ses 16 ans. Lui n’étant pas encore prêt à être père, ils ont attendu et se sont lancés dans les essais autour de leur 21 ans. On se rend vite compte que pour la nana être mère c’est quelque chose de vital. D’ailleurs sa propre mère voulant l’épauler a parfois des mots blessants comme « ça doit marcher elle est faite pour ça », pour ma part je trouve ça extrêmement culpabilisant et j’imagine que le chemin doit être long pour cette jeune fille pour se définir autrement que comme une femme en attente d’être enfin mère. Et surtout elle se fait du mal : elle va au salon du bébé ! Mais pourquoi ?? Elle fond en larmes quand une vendeuse lui demande l’âge de son bébé. Mais c’est NORMAL tu es au SALON DU BEBE !! Sors de là !!! Le pompon c’est quand on les voit chez eux avec des amis : elle dans la chambre avec ses copines dont une enceinte jusqu’au yeux à regarder Baby-boom (cette fille est maso) et lui devant la playstation avec son pote qui lui dit « oh bah si tu sais pas comment faire je peux te montrer » *rires gras* Voila voila, les gens sont des boulets et il n’y aucune contre intervention du couple pour dire que typiquement ce sont le genre de remarques qui blessent (au delà d’être complètement cons et beauf). Je ne m’attendait pas à de la pédagogie que NRJ12 mais bon là quand même c’est gros.

  • La GPA

Je dois avouer que je ne suis pas certaine de mon avis sur cette question. J’oscille souvent entre le pour et le contre selon les débats et en réfléchissant à toutes les questions éthiques et morales que ça soulève. Du coup j’étais un peu dubitative face à cette histoire : on suit un homme de 51 ans (on est aux Etats-Unis dans un état où la GPA est autorisée) dont la femme est morte il y a plus de 20 ans. Il n’a jamais refait sa vie et n’a donc jamais eu d’enfant. Il y a 1 an et demi il a fait appel à une clinique qui recueille des dons d’ovocytes anonymes et qui a permis leur fécondation. L’embryon a ensuite été transféré chez la mère porteuse. Je ne sais pas trop quoi penser de cette histoire. Le mec n’a pas réellement de problème de fertilité, il a juste pas de nana en gros ! Je fais un raccourci et je suis bien contente que je n’ai pas à juger les choix de vie des autres, cependant j’ai du mal à ne pas me dire qu’il assouvi un « caprice » de paternité. Je me trouve un peu dure de penser ça et je ne suis pas à l’aise en écrivant ces mots, ça prouve bien toute l’ambivalence de la question. Qu’en pensez-vous ? J’étais encore plus dérangée en voyant la mère porteuse très perturbée par le départ du bébé après l’accouchement. Elle a ses propres enfants et se dit heureuse d’avoir pu aider ce père à en devenir un finalement mais qu’elle aime sincèrement cet enfant et que ça lui est difficile de rentrer chez elle les bras vides. Difficile mais intéressante question.

Globalement ces 3 épisodes étaient vraiment moyens et inégaux. La semaine prochaine n devrait suivre un couple qui part en Grèce pour un don d’ovocyte et ça risque d’être vraiment intéressant de voir comment ce sujet encore méconnu est abordé.

14 réflexions sur “Leur combat pour devenir parents – Épisodes 1 à 3

  1. Non nrj 12 n’est pas connu pour faire réfléchir…
    J’avoue que sur la GPA je suis comme toi. Je n’ai pas Davis arrêté. Mais sur l’exemple que tu donnes, il lui a fallu 20 ans au mec pour se rendre compte qu’il voulait un enfant ? Père célibataire à 51 ans ? Sérieusement ?

    J'aime

  2. Caprice…je sais pas si on peut dire ça. L envie chez les hommes n est pas la même que chez les femmes. A 24 ans j étais prête pour être maman. Avant pas la peine je voulais pas en entendre parler. Mon mec, pas loin de la trentaine voulait pas. Mais la c’est pas pareil. Peut être qu avec sa femme ils ont attendu longtemps et qu a sa mort il a eu des regrets. ..le temps de faire le deuil…tout ça tout ça.

    J'aime

  3. J’ai vu l’émission.. moi c’est surtout ce jeune couple qui m’a choqué ! Elle va faire une dépression la nénette… Elle fait rien pour se protéger, maintient un environnement: le salon du bébé, penser déjà au cosy… Qui est vraiment pas bon quand on sait que ce parcours est long et semé d’embuches ! Elle a craque à la sortie du premier rdv.. qu’est ce que ça va être dans l’avenir !

    Aimé par 1 personne

  4. Je crois que mon dernier commentaire est passé à la trappe :s Bref, merci pour ce debrief sur ce documentaire, j’en avais entendu parler et j’étais curieuse de voir de quoi ça parlait… Même si on ne peut pas attendre qu’nrj12 verse dans la réflexion profonde, on peut au moins se réjouir de la diffusion d’une information sur la pma, aussi peu substantielle soit-elle. Tu me donnes envie de connaitre la suite !

    Aimé par 1 personne

  5. j’ai pas osé regardé quand j’ai zappé et que j’ai vu « NRJ12 », mais bon rien de surprenant dans ton résumé de leur part ^^ je suis d’ailleurs quasiment sûre que c’est la prod’ qui lui a demandé d’aller au salon du bébé pour avoir du pathos à mort….
    C’est vrai que la GPA c’est assez complexe comme sujet, pareil je n’ai pas d’avis concert dessus. Après je me dis que pour les célibataires, si cela fit des années qu’ils veulent un enfants, mais que depuis tout ce temps ils ne rencontrent pas la bonne personne, je me dis que leur douleur ne dois pas toujours être très éloigné de la notre. Un de mes collègues a 46ans et est célibataire, on a un peu parler de ça (pas de comparaison avec mon cas, il n’est pas au courant), et il commence à faire le deuil de cet enfant à cause de son âge, alors qu’il aurait vraiment voulu en avoir un. Quand il en parle on se rend compte que la douleur est bien présente, car même si ce n’est pas son corps qui est défaillant, il devra quand même renoncer à être père par la force des choses :/

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s