FIV #2 monitoring 2

pousse follicule.gif

Pousse de follicule : une allégorie

Après 2 jours et demi de glandouille devant Netflix (Crazy ex-girlfriend : découverte du mois) il a fallu que je m’habille.D’abord hier pour mon délicieux rendez-vous avec un anesthésiste de la Muette. Je déteste cet endroit, je le trouve glauque à souhait et j’ai l’impression que les mecs sont des faux médecins. Coïncident assez folle, je vois débarquer une collègue de boulot avec qui je suis cordiale mais sans plus. En un quart de seconde je me suis fait tout un film sur elle aussi qui doit être en PMA et la pauvre j’ai pas toujours été sympa avec elle blablablabla et pas du tout en fait. Après la surprise passée, elle m’explique qu’elle est là pour une hystérographie suite à des fibromes. Bon vu le contexte je lui explique ma présence sur les lieux dans les grandes lignes. Echanges de souhaits réciproques pour les examens et vient mon tour avec l’anesthésiste. 15min plus tard je ressors de son bureau. Non en fait je me lève gênée parce qu’il passe un coup de fil, sous-entendant par ce geste la fin de notre rendez-vous. Okay les gars, les conventions sociales !! Je tombe ensuite sur la Connasse du Siècle au labo pour la prise de sang. Je lui mets des majuscules car elle personnifie le concept de connasse par son attitude de merde. Une bien chouette matinée.

Rebelote de RER C aujourd’hui pour le monitoring. J’avais reçu un peu plus tôt les résultats du dosage hormonal et mon oestradiol était à 1683, correct pour J11. Je trouve Doc D. tout seul au bureau de sa secrétaire (en congé mat’, je vous avais parlé de cette ironie il me semble), limite désœuvré. Bouge-pas Doc, j’suis là pour tomber la culotte. Il trouve de gros follicules à 18mm (au moins 4 par ovaires) pas mal de plus petits. La ponction est donc prévue pour lundi 13h (je vais me lever à l’aube pour manger avant le jeune obligatoire !) et l’ovitrelle pour samedi 00h30 du coup. Doc D. me dit avoir bon espoir pour en récupérer au moins 12 (DOUZE ! Dans mon cas ça serait dingue !) et me préviens qu’à partir de 20 il fera un freeze all. Calmos, tu es optimiste mais 20 c’est pas pour moi. Il me dit ensuite que les risques d’hyperstimulation sont plus fréquents après le transfert mais que dans mon cas, en tout cas si la situation vient à se présenter, il aimerait qu’on en discute car il pense que ça vaudrait le coup de le tenter. Je cite « J’ai envie que vous soyez enceinte et je pense que comme ça ça peut marcher ». On a les mêmes envies alors ! J’en profite pour lui demander s’il envisage un double transfert dans le cas d’une cascade de J5 (oui j’imagine une pluie de blasto qui ne demanderait qu’à être transféré ou congelé. Un rêve sain.) mais j’ai bien vu qu’il était moyen emballé. Bon, on verra déjà lundi puis surtout mardi si on a la chance d’avoir le luxe de réfléchir statistiques et probabilités.

Je suis soulagée que cette stimulation arrive à son terme, je ne connaissais pas le protocole court et j’apprécie cette rapidité ! Bon au prix de douleurs d’endométriose mais bon, on a rien sans rien. Reste à passer la ponction, la phase qui m’a laissée traumatisée lors de la FIV#1. Objectifs  :

  • ne pas pleurer dans le couloir, seule sur le brancard en attendant mon tour
  • ne pas me répéter que c’est pas juste
  • ne pas paniquer : non personne ne commencera avant que l’anesthésie fasse effet
  • me dire que je ne suis pas pitoyable dans cette position ridicule face à au moins 5 personnes

Et pour se donner du courage : des gaufres maison au lait d’amande !

 

26 réflexions sur “FIV #2 monitoring 2

  1. Adèle dit :

    C’est la première fois que je commence, je commence tout juste à te suivre. Je croise les doigts pour toi pour que cette ponction soit florissante !

    Je me reconnais beaucoup dans ton récit car j’ai aussi été suivie à la Muette, et c’est vrai que c’est un peu particulier comme endroit. Je suis suivie par le Dr D, qui officie avenue M., je ne sais pas si on a le même ? J’ai super confiance en lui, mais il me prend en général pour une cruche, s’adressant plus volontiers à mon mari qu’à moi, mais je l’adore parce qu’il a toujours été là dans les moments difficiles (fausse-couches) et qu’il était réellement impliqué dans le traitement (contrairement à l’hopital public où je suis allée avant et où la médecin ne devait pas se rappeler de moi tant c’était l’usine).

    C’est d’ailleurs avec Dr D que j’ai découvert le protocole court et en effet ça change la vie. Je ne savais pas que ça aggravait l’endométriose ? Mais ça ne me surprend pas non plus.

    Et pour la ponction, comme je te comprends ! Etre hyper vulnérable sur la table d’opération, devoir s’endormir les jambes écartées, c’est une épreuve. Ce que je faisais, c’est que je me faisais un beau brushing, comme ça une fois la ponction finie, j’avais le plaisir, en plus du plateau repas que je dévorais avec bonheur, de me sentir à nouveau féminine.

    Et je suis comme toi, j’ai la hantise du ventre vide, être à jeun est hyper difficile, en revanche je n’avais pas pensé à me lever hyper tôt pour manger haha ! Mais les soirs post-ponction, chéri allait me chercher ma pizza préférée 🙂

    Courage, c’est très positif tout ce que tu écris, tu vas y arriver ! Plein de bisous !

    J'aime

    • Salut Adèle, merci beaucoup pour ton commentaire 😊
      Oui on a bien le même Doc D., je suis étonnée qu’il te fasse ressentir ça. Après c’est vrai que quand je lui parle de mes recherches ou que j’ai des questions un peu « farfelues » il a tendance à sourire genre « ouais ok y’a qu’un médecin dans cette pièce » et parfois je lui reproche son manque d’info mais comme toi j’ai toute confiance en lui et il sait être rassurant et attentif malgré tout. Je suis contente de connaître enfin quelqu’un qui est aussi patiente du Doc, j’ai parfois besoin de me rassurer aussi sur celui que je vois plus souvent que m’a propre mère !!!

      Pour le protocole court, disons que c’est sans contre feux comme le decapeptyl qui contre balance la décharge hormonale. Comme l’endométriose est une maladie hormono dépendante la stimulation à tendance à l’enflammer voire parfois a contribuer à la repousse de nodule 😕. Mais c’est clair que c’est incomparable comme protocole !!

      Je suis RAVIE de ton témoignage sur le fait d’être à jeun, rien que d’y penser j’ai faim !!! Ton chéri a l’air top, je vais glisser un mot au mien pour l’inspirer lundi soir…

      Encore merci d’avoir pris le temps de m’écrire et pour tes encouragements c’est vraiment adorable. Tu en es où dans ton parcours ?

      Des bisous 😘

      J'aime

      • Adèle dit :

        Et moi c’est la première fois que j’entends quelqu’un parler de son angoisse d’être à jeun avant une AG, pour moi c’est bien le pire, mais personne auparavant ne m’avais comprise 😉

        Je viens de lire ton dernier post sur la récolte d’ovocytes et du coup je vais te rassurer grâce à ma super expérience de 8 ans d’essais BB (haha) : d’une fois sur l’autre, les récoltes peuvent être très variables.

        A chaque FIV qui passe, le traitement est un peu plus ajusté, mieux adapté aux réactions de ton corps que l’équipe médicale apprend à connaître. Si ça se trouve, 1 bel ovocyte = 1 bel embryon, voire un beau blasto, et un transfert gagnant. Et si zéro embryon, la FIV ne compte pas, mais le Dr va rebondir sur cette expérience pour tenter autre chose.

        J’avais déjà fait, avant de rencontrer Dr D, une ponction de 17 superbes follicules bien mûrs, à deux doigts de l’hyperstim, et ZERO embryons. La loose totale. Puis j’ai rencontré Dr D, et dès la 1ère FIV, j’ai eu un +. Fausse-couche 2 mois plus tard. Re-FIV, re +, fausse-couche très précoce. FIV 2 TEC1 : un +, sous aspégic nourrisson (car suspicion d’adénomyose), et là j’ai mon beau bébé de 9 mois qui joue dans mon salon.

        En tout, avec Dr D, ça m’a pris 11 mois pour avoir une grossesse viable. Tu comprends pourquoi j’ai toute confiance en lui. Car les 7 années auparavant, j’ai fait 3 centres différents dans deux pays différents, et personne avant Dr D n’avait posé le bon diagnostic et donc trouvé le bon traitement.

        La PMA c’est un parcours malheureusement semé de quelques hauts et de beaucoup de bas. Pour tenir le cap, il faut regarder l’objectif, et se dire que tout ce qui se passe avant la réalisation de l’objectif, c’est « normal » pour ce parcours, et ça n’augure certainement pas que l’objectif ne sera pas atteint. Chaque « échec » te rapproche du but.

        Quand j’étais en essais, je lisais le blog de On n’ovule pas un dimanche, qui parlait du concept de TPMG, ou tout pour ma gueule. Un concept qui fait beaucoup de bien quand tu galères avec les traitements. Ca veut dire que tu te fais plaise, que tu penses à toi et à ton chéri avant tout, parce que tu viens de faire quelque chose de pas facile et que tu mérites un petit remontant. Courage, je suis de tout coeur avec toi !

        P.S : si aujourd’hui, on me proposait de revenir en arrière et de refaire mon histoire, de raccourcir mon parcours PMA de 8 ans contre un C1 naturel gagnant, mais qu’en contrepartie j’aurais un autre bébé que ma fille, je dirais non. Quand tu auras ton bébé dans les bras, tu te diras que pour avoir ce bébé-là, celui-là et pas un autre, cela en valait la peine. Tiens bon !

        Aimé par 1 personne

      • Tu m’as redonnée un peu d’espoir, et pourtant c’est vraiment pas mon truc l’espoir.
        Je sais que chaque cycle, FIV, traitements sont différents et pourtant je n’arrive pas a accepter que ça aussi peut nous lâcher. Que notre béquille est si fragile.

        Le TPMG j’adore. Lucienne parle aussi de l’immunité PMesque, les 2 modes sont enclenchés dans mon cas ! C’est parfois un peu cruel l’égoïsme mais si ça ne dure pas longtemps…..

        Ton histoire m’a beaucoup émue, je comprends un peu mieux maintenant ton parcours avec le Doc D. 8 ans de PMA… Jne n’ose imaginer ce par quoi tu es passée. Ton happy end fait rêver, il semble plus que mérité en tout cas.

        Merci encore pour ton soutien, j’ai l’impression que tu es la Grande Sage de la PMA !!!

        J'aime

  2. Je t’envoie plein de courage pour la ponction ❤
    et c'est pas très grave si jamais tu craques, pleurer ça aide à relâcher la tension.

    Je suis sûre que tout vas bien se passer ❤

    PS : à mon avis dans ta situation je mettrais aussi le réveil pour manger 😀

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s