Il y a quoi après le dégoût et la rage ?

rage

Je suis sans voix. Il y a comme un vieux goût de bile qui me remonte le long de la gorge et rien ne passe. Je croyais naïvement que les femmes pouvaient se serrer les coudes, j’aimerai croire que juste les humains se serrent les coudes mais je ne suis pas aussi naïve. Et pourtant encore trop.

En gros le débat c’est quoi ? Contexte de départ, idée générale : quand quelqu’un te dit non ou te montre qu’il ne veut pas de cette interaction avec toi, quand tu enfreins la loi à l’encontre de quelqu’un : tu arrêtes. Bon je schématise hein mais on est quand même dans l’idée globale du truc. Et là bon, NORMALEMENT, y a pas à répondre « ouais mais tu vois parfois, c’est pas VRAIMENT que t’es relou juste la fille à mal compris qu’en fait j’suis maladroit MAIS sur un malentendu ect… » NON. NON c’est clair, et attention subtilité l’absence du NON ne veut pas dire OUI. Alors là on en perd déjà 2-3 mais encore une fois, GLOBALEMENT tout le monde est d’accord pour dire que faire chier autrui (et encore dans les cas qui ne sont pas des délits) c’est moyen cool et pas hyper Coubertin. Je crois qu’on peut même étendre la pensée en se disant qu’il ne s’agit au fond pas de féminisme mais d’humanisme. Laissez quelqu’un en paix. Bon voilà c’est pas ouf d’originalité mais c’est somme toute assez tangible comme concept.

Alors quoi ? Alors c’est quoi ce climat de merde ? C’est quoi cette façon de rabaisser celles et ceux qui disent « he ho on en a gros sur la patate » ? C’est quoi ces immondices qu’on entend partout depuis quelques jours ? Qu’on ne soit pas d’accord tout le temps ok, qu’il y ait des débats ça fait vivre une société, mais la. Là on devrait quand même partir sur un consensus assez général : harceler, violer, agresser c’est non. C’est puni (pas encore assez efficacement) par la loi. Il n’est pas question de clivage, les gens ne sont pas des animaux et savent intéragir avec leurs pairs donc on s’adresse bien à ceux qui pensent que ces actions sont normales. Du coup si la majorité est d’accord, qu’est-ce que c’est que ces réactions d’une violence extrême ?

J’ai franchement honte d’être dans le pays où la chape de plomb est si dure à soulever. Où des ignares, des imbéciles osent l’ouvrir pour déverser leur bêtise crasse à qui veut bien les écouter. Comme beaucoup je n’ai été « que » victime d’harcèlement de rue et de tripotage malsain dans le RER. Mais pour toutes celles qui témoignent de la violence de ce qu’elles ont du subir, celles qui se reconstruisent encore, celles qui trouvent peut-être un peu de force dans ces élans pour faire passer la honte du côté des agresseurs, j’ai envie de demander pardon. Pardon que des propos comme ceux de Catherine Millet ou Brigitte Lahaie puissent être diffusés, relayés, parfois soutenus. Ce n’est pas la majorité, ça existe oui, mais ce n’est pas là-dessus qu’il faut s’arrêter. Alors oui c’est consternant et ça prouve bien que le chemin est encore très long pour faire bouger les choses, mais c’est pas pour autant que les mouvements citoyens s’arrêteront. Car il est question de ça au fond, vivre ensemble au sein d’une cité en tant qu’égaux et donc protégés par les lois et ceux qui les font. Oui ça prête à sourire mais c’est pourtant ce qu’il faudra obtenir. Coûte que coûte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s