Article spécial rentrée : ma mère, de ses délires à mon exaspération grandissante

help me god.gif

C’est un long titre. Mais je sais que ma mère est un personnage à fort potentiel sur ce blog alors je ne lésine pas sur les moyens.

Les réactions et sorties de piste de ma mère ayant été très prometteuses durant ma grossesse, vous vous doutez bien que pour l’accouchement on ne devait s’attendre à rien d’autre qu’à du lourd. Du très lourd. Enjoy.

Procédons chronologiquement :

Le pétage de plomb à commencer le soir de mon arrivée à la maternité. Une fois que nous avions bien assimilé (enfin surtout moi) qu’il y allait avoir vêlage, j’ai prévenu ma famille. Il était tard donc je me suis d’abord fendu d’un texto pour ne pas non plus inquiéter tout le monde. Ma mère me rappelle, la voix déjà un peu trop intense à mon goût. Je lui explique la situation et là la personne part en vrille : « j’arrive ». Alors non et ce pour plusieurs raisons : c’est impossible et SURTOUT je n’ai rien demandé.  Je la sens déjà hyper vexée alors que c’est juste NORMAL. Elle me demande ensuite quand elle peut passer. Etant donné qu’à date il n’y avait pas d’enfant, difficile de lui confirmer un créneau ! Je lui rappelle bien entendu notre volonté de rester seuls, Le Mec et moi, avec notre bébé le premier jour. C’est quand même notre moment ! Je la sens incrédule (je n’utilise JAMAIS ce mot et je suis ravie qu’il me soit spontanément venu) et elle se braque « c’est n’importe quoi, j’ai le droit de venir quand même » etc. J’arrive à lui faire comprendre que non elle n’a aucun droit et qu’on la tiendra informée quand on le pourra.

Après les péripéties de l’accouchement, Le Mec trouve un moment vers midi pour appeler nos familles. Ma mère ne le félicitera même pas. Non, elle fondra en larmes et parlera d’ELLE. De son bonheur à ELLE, du fait qu’elle soit grand-mère et surtout elle négocie pour venir. Le Mec avait pris la décision de ne pas parler des complications par téléphone, il a donc esquiver en disant que pour le moment j’étais trop fatiguée et je l’appellerais plus tard.

Plus tard donc, je l’appelle. Il devait être 19h, je suis remontée dans ma chambre vers 14h30, nous avons mangé et puis bien sur pris le temps d’être enfin tous les 3 ! Moi j’étais dans un état second, une voix d’outre-tombe. Conversation avec la reine mère :

« Ah bah enfin j’attendais ton appel. »

« Oui je sais mais bon déjà j’étais un peu occupée et puis blablabla (je lui raconte l’accouchement ». Ensuite la conversation dérive en tragédie grecque. Acte 2, scène 3, ma mère :

« Ô mon dieu, j’arrive, j’arrive tout de suite, oh c’est pas vrai, j’arrive ».

A ce stade je ne lui avais toujours rien demandé hein ! Encore une fois je me suis retrouvée dans la situation ubuesque de devoir la réconforter d’une situation que j’ai vécu et non elle. Exténuée, je lui demande de se calmer, je lui dis que non je ne veux voir personne je veux juste me reposer. Et là elle vrille encore plus en répétant EN BOUCLE « je viens demain, tu m’appelles ? » mais vraiment en boucle pendant 1min à tel point que j’ai fondu en larmes au téléphone en la suppliant d’arrêter, j’ai finalement raccroché. C’est fou cette capacité à pousser les gens dans leur retranchement. Le Mec recevra 10min après un texto auquel il ne répondra pas : « Je ne comprends pas ce que j’ai fait de mal, elle doit être en plein baby blues ». C’est pas ouf ? De ne JAMAIS se remettre en question à ce point ? De toujours tout me mettre sur le dos ? Le pire c’est qu’elle a ensuite appelé mon père (mes parents sont séparés et ne communiquent entre eux que très rarement) en larmes pour lui dire que j’avais un problème et qu’on l’empêchait d’avoir des nouvelles. Heureusement mon père à très vite compris qu’elle m’avait juste bien casser les couilles. Oh oui je sais je suis vulgaire mais je vous assure qu’elle ne m’a pas juste « ennuyé », non, elle me les a réellement brisé.

Suite à ce premier chaos je décide de lui appliquer un jour de pénalité (mouhahaha) en ne la faisant venir que le surlendemain.

Depuis j’essaye de prendre sur moi même si ça me tord le bide de la voir avec ma fille dans les bras et essayer d’avoir une relation avec elle qu’elle n’a pas eu avec moi. Je vois le sur-jeu. Ca me fait de la peine et ça m’exaspère en même temps cette façon qu’elle a de vouloir s’immiscer dans tout. Depuis que je suis de retour chez moi elle veut passer tous les 2 jours (c’est mort et les verrous sont bien tournés !), elle me demande sans arrêt si la petite voit « je veux qu’elle me reconnaisse ». Alors déjà c’est pathologique ce besoin de reconnaissance et surtout elle va peut-être d’abord se concentrer sur les visages de ses parents ! Le pire a été le moment où elle l’a appelée « mon bébé ». Mon estomac s’est noué et j’en ai eu les larmes aux yeux. J’ai été obligé de lui dire que là c’était non. Tout comme le lapsus « tu fais un bisou à maman ». Et ses demandes limite glauques « tu me la prêtes un week-end ? ». Car oui La Ptitenana est une poupée pour elle…

Je sais qu’elle veut bien faire, je sens bien qu’elle marche sur des œufs avec moi pour pas qu’on se dispute et que je l’empêche de voir le bébé mais ça me demande tellement d’énergie à chaque fois qu’elle vient pour surveiller ses mots et son comportement. Je souhaite sincèrement qu’elles aient une chouette relation mais je protégerai ma fille si ma mère continue dans son transfert malsain ou qu’elle a se comporte avec elle comme avec moi. Elle ne m’a encore jamais félicité. Elle ne m’a jamais encouragé quand on est passé par de gros moments de galère pour la mise en place de l’allaitement. Elle ne m’a jamais dis que je faisais bien ou que j’étais une bonne mère. Je n’attends pas son approbation, elle n’est pas vraiment ma référence. Mais j’aimerais l’entendre parler de quelqu’un d’autre que d’elle-même.

19 réflexions sur “Article spécial rentrée : ma mère, de ses délires à mon exaspération grandissante

  1. Désolé mais ton article m’a fait rire. Pas parce que je trouve ta situation marrante mais parce que ta maman est tellement aveuglée que ça devient risible. J’espère que tu as bien mis les points sur les i pour le lapsus.
    Au vue de ce que tu racontes, j’ai peur que ce soit l’effet de nouveauté qui pousse ta maman à être si proche et pour toi et ta fille, j’espère vraiment me tromper.

    Aimé par 1 personne

  2. 😱😱😱😱 tu me fais flipper ! Là je vois ma mère ! C’est horrible ! J’espère que ça va aller, mais les gens ont tellement de mal a changer (surtout quand ils ne voient pas où est le mal 😡).
    Ne culpabilise pas (généralement, elles sont fortes pour ça!). Faites comme vous l’entendez toi et le Mec!

    Aimé par 2 personnes

  3. Bordel j’ai bien peur que ma mère soit identique tu vois.
    Par contre ouais les lapsus … olala c’est carrément pas cool. Je suis restée bouche grande ouverte devant le téléphone en te lisant 😱

    J espère que malgré tout, tout roule de ton côté et que tu profites bien !

    Des bisous

    Aimé par 1 personne

  4. Je résume ma réaction : mais QUOIIIIIIIIIII ??????????
    Limite t’aurais du prévenir un vigile à l’entrée de l’hôpital pour la black-lister 😁

    Tu vas pouvoir écrire une pièce de théâtre sur elle ^^

    Ça doit être assez difficile à gérer effectivement cette relation bizarre qu’elle tente d’instaurer. Je pense que tu fais très bien de mettre des limites très claires et de la recadrer (parce que bon se prendre pour la mère de sa petite-fille…. Y a un gros soucis/envie de réparation 😂). Je me dis que ça doit être compliqué de devoir la surveiller, je suppose que tu n’imagines pas la lui laisser à garder de temps en temps dans quelques mois vu son comportement ^^

    Et sinon j’espère que tout se passe bien 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. birdiemoments dit :

    J’ai la même aussi, à quelques nuances près.. J’ai du appeler mon psy d’il y a 4 ans, en larmes, quelques jours après l’accouchement, parce que je faisais des crises de panique à cause d’elle. Ca m’a gâché mes premiers jours avec le bébé, je ne pensais qu’à elle et pas à nous. Heureusement il a trouvé les mots pour m’aider à être ferme sans culpabiliser. Il a insisté qu’il fallait savoir se protéger, parce que elle, ne changera pas. Je crois que je t’avais donné la référence d’un livre sur le sujet, est ce que tu as eu envie de le lire finalement? il m’avait bien aidé. sinon il y a ça: https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-14-novembre-2017
    bon courage, j’admire ta fermeté! Et plein de bonheur avec ta puce 🙂

    J'aime

    • Oh mince, c’est dur ce que tu as vécu. C’est certain que c’est à nous de nous ajuster car elles ne le feront pas. C’est rageant et injuste mais pour se protéger et prendre de la distance il n’y a pas le choix.
      Non je ne l’ai pas encore lu en revanche je suis une fan de cette émission alors merci beaucoup pour le lien je vais l’écouter de ce pas.

      J'aime

  6. Merci beaucoup pour ton commentaire, effectivement j’ai l’impression que nous avons beaucoup en commun !
    Tu as déjà conscience des dérives de ta mère, rien que ça prouve ton recul par rapport à elle. Et te prémuni de lui ressembler !!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s